Le Grimoire de Vaÿre Maÿlise B.

Le Grimoire de Vaÿre  Maÿlise B.

La feuille d'automne


Sarabande automnale (5)

Sous ton joli manteau de couleur automnale, j'avance d'un pas lent sur le sentier nostalgique de tes douceurs magiques.

Sentir le vent frôler mon visage rosi, j'admire toute ses feuilles s'éparpillant sur le sol s'imbibant d'humus !

Toute les senteurs m'enivrent et laissent courir les mots s'imprégner sur ma feuille d'automne !

 

L'automne.JPG

 

 

Le vent chantonne une sarabande,

Où le feuillage endolori s'ébranle

Sur le sentier des songes où gambade,

La feuille d'automne du poète qui s'évade !

 

Cette douce bise pousse en légèreté

Ses pas vers la porte de l'orée ;

Entendez-vous sa mélodie apaisante ?

Elle vous accompagne en sa tourmente !

 

 

 

 Un rayon de soleil

Éclaire ma feuille d'automne ;

Cette jolie plume s'éveille

Sous mes mots doux qui ronronnent !

 

L'encre noire s'unit

Aux lignes délicates et luxurieuses ;

Ma main trace sur la lie

D'un hyménée de délicatesse impérieuse !

 

La page blanche ondule

Sous les phrases de fragrances sucrées ;

L'adage suave macule

Des poèmes s'unissant aux mots aimés !

 

La feuille d'automne

Ne joue point la friponne ;

De justesse, elle frissonne

Sous l'éloge que ma plume entonne !

 

N'est-ce point un délice

Lorsque les mots et la plume complice

S'entremêlent pour s'unir

Sous l'effluve d'une saveur de désir ?

 

........

 

Ma feuille automnale

Attend l'instant fatal

D'une pose où la prose en spirale

Viendra vous enrober de cette ardeur

 Dont ma plume aura la saveur

D'un amour aux délicates douceurs !

 

Maÿ-Lise B.

06/11/15

 

 

 


18/12/2015
0 Poster un commentaire

La fin de l' automne (7)

    Je ne veux point clore cette feuille qui est née à un moment où ma plume a décidé de renaître, mais je veux embellir chaque instant qui s'effeuille en cet automne marquant une page qui se dévoile bénéfique à mes pensées.

Même dans les moments les plus obscurs, il y a toujours une légère clarté qui entre en mon esprit.

Un matin comme tant d'autre, j'arpente les rues de mon village fleuri qui juste avant le levée du soleil, je scrute les demeures silencieuses et endormies.

 

les-feuilles-mortes-d-automne1.jpg

La brume recouvre le paysage hypnotisé

Où la scène à mes yeux se dévoile ;

Sous les mots doux qui survolent ma toile,

En cet instant de bonheur à partager.

 

La rosée du matin se dépose en douceur

Sur ce sol d'humus aux milles couleurs ;

Tout comme ce vent de novembre effeuille

La dernière frondaison des arbres en deuil !

 

L'automne perd doucement sa farandole

Laissant place bientôt à l'hiver qui s'installe ;

Offrant de la magie en cette parabole

De ma feuille d'automne pyramidale.

 


Le chant des oiseaux éveillent mes chimères,

Le soleil se fraie un chemin en cette pénombre ;

Il arrive pour réchauffer mon esprit qui se libère

Où mes mots et ma plume jouent avec les ombres !

 

Je sens ce divin vent frôler mon visage,

Rosissant un instant mes joues blanchies ;

Je longe cette rive aux doux présages,

Laissant le temps s'écouler en cette mélodie !

 

J'épie chaque coin où se cache

Toute les beautés que dame nature

Veut bien me chanter et dévoiler !

 

À toi, ma plume qui court sur cette feuille automnale qui hume bon la sérénité.

Maÿ-Lise B.

27/11/15

07/12/15

 

 

 


07/12/2015
4 Poster un commentaire

La scène (6)

Sur la rive des songes aux multiples douceurs, en cette belle saison qui s'endort, voit octobre s'éteindre pour laisser place à novembre.

L'effluve de mon encrier se vêt d'une couleur de quiétude, j'effleure ma plume sur cette feuille de costume en soie, qui n'est que tendresse sous les mots de l'émoi.

Je lève les yeux vers cet horizon d'un ton azur, où l'automne perd ses couleurs de jaune orangés, elles embellissent un dernier instant cette scène sous une diffusion de passion aimée !

 

456925__empty-bench-in-fall-scene_p.jpg

 

Sous les allées de chênes

Des rives endormies ;

Les feuilles s'égrainent

Sur ce sol dégarni.

 

D'un pas nonchalant

Elle flâne en toute piété ;

Sur ce gravier blanc

Symbolisant

L'élégance, la beauté !

 

 

Un merle sifflote

Un pigeon roucoule ;

Toute leurs notes

S'unissent à la foule !

 

Un chien joue

À la balle endiablée ;

Son maître déjoue,

Sa folie enjoué !

 

Une vieille dame

Assise sur un banc ;

Admire et acclame

Ce tableau plaisant !

 

Une péniche s'amarre

Sur le ponton vieilli ;

Le matelot d'un regard

Épie la scène, et sourit !

 

...........

 

Sur la rive endormie,

Tout s'éveille ;

Tout est merveille,

Elle, elle attend son ami !

 

Elle guette l'horizon

Savourant cette scène ;

Écoutant chaque sons,

En ce silence qui s'égraine !!!

 

.........

 

Cette rive est enchanteresse,

L'eau est prodigieuse ;

Offrant à sa plume audacieuse

Une scène sur toile

Que l'encre caresse !

 

Maÿ-Lise B.

30/10/15

 

 

 image prise sur le net


06/12/2015
0 Poster un commentaire

Musicalité automnale (4)

En ce cheminement d'automne suave,

Où sont crochetées mes notes aiguës en octave ;

D'un mouvement lent, les cordes se lient en cadence

Pour jouer cette valse à tri-temps qui entre en danse.

 

Sur la pointe fine et aiguisée de ma plume,

À l'encre noire fluide, agile, elle parfume,

Ce vieux papyrus assoupit en son écrin de soie,

Pour voir renaître un sourire sur ton joli minois !

 

305842.jpg

 

 

 

Sur la partition de nos pensées,

Où quelques mots y ont été laissées ;

Notre envolée naît du haut de la cime

Pour que notre lie ne soit faites que de rimes !

 

Qu'elle en est la formidable clé,

Sur nos lignes droites à costumer ;

Lorsque la brume vient attrister,

Notre nid sur cette glèbe humidifiée !

 

Part-elle vers cette humble contrée ?

Ou reste-t-elle en nos songes aimés !

Pour voir enfin nos faciès succomber,

En nos valseuses de partitions à lier !

 

Entends-tu le doux refrain ma mie,

Il est pour toi, il est de moi, il est pour nous ;

Quand de nos amours qui se lient

Sous cette cime de tant de froufrou !

 

Nos notes sont elles d'un sol diésé

Où nos noires qui tournicotent

Sous des doubles qui tricotent

Ces triolets qui nous rendent enragés !

 

Ou, sont elles de ce fa à bémoliser !

Lorsque nos croches se ricochent

En nos maximes qui décrochent

La quadrille qui nous offre la fertilité !

 

J'aime quand ma plume frétille

Sur ton corps qui frissonne ;

Et toi,  faire courir tes papilles

Sur nos partitions qui se chantonnent.

 

 -À quand remonte notre dernier lien?

 

-Ne t'inquiète pas, je reviens d'un long chemin chagrin...

 

(À suivre)

 

"L'amour n'a point d'ut sans son us de faiblesse, l'amour est une caresse dont la mélodie reste harmonieuse en cette valse musicale automnale."

 

À toi ma plume qui sur cette feuille d'automne nous lie en notre lie.

 

Maÿ-Lise B.

27/10/15

 


 

image prise sur le net :

http://www.wall.alphacoders.com/


27/10/2015
0 Poster un commentaire

Contemplation automnale (3)

En toute saison, le regard se pose sur l'horizon des merveilles. Qu'importe les couleurs du ciel, elles offrent un instant de plénitude en cette contemplation.

 

 

Coucher de soleil5c.JPG

 

...Laisse moi t'envelopper en mon sein lumineux

Afin que la chaleur de mes rayons chaleureux

Puisse t'offrir en ce voile céleste de nuitée

Un apaisement total en ton coeur chagriné !

 

Face à ce coucher automnal où tu t'éveilles

En ces couleurs chaudes réchauffant ta conscience

Assieds toi face à mes milles et une merveilles

Le silence de tes mots renaîtront de leur cendre !

 

Maÿ-Lise B.

21/10/15


21/10/2015
0 Poster un commentaire

Chant d'automne (2)

Cette feuille s'étiole sur le tempo de l'automne !

Saison où la sève descend en des racines pour mieux renaître au printemps.

Entends tu le chant de l'automne ?

Le silence est le son de la pluie qui vient se poser en douceur sur ma feuille fragile où la saison s'anime sur des mots qui se dévoilent malgré le début des intempéries !

 

 Feuille d automne2.jpg

 

Après le soleil,

Vient la pluie ;

Elle met en veille,

Les rais qui fuient.

Le vent mène

Les nuages gris ;

La pluie est reine,

En son sein ravit.

 

Elle se faufile,

Entre les lignes

D'un sol où s'effile,

La soif maligne.

 

Elle s'égoutte

Sur le gazon ;

Dont les gouttes

Donnent le ton !

 

Entends-tu la pluie?

C'est la toile

D'un automne gris

Qui se dévoile !

 

C'est le chant

De la pluie !

De ce voile

Qui reluit !

 

...

 

Chant d'automne,

Qui se chantonne ;

Chant d'octobre,

Qui se fait sobre !

 

Maÿ-Lise B.
05/10/15

 


 

Photo de la rive près de mon petit coin féerique


06/10/2015
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser