Le Grimoire de Va˙re Ma˙lise B.

Le Grimoire de Va˙re  Ma˙lise B.

La feuille d'hiver


Nostalgia (3) suite

     En cette Nostalgia tout n'est que silence étrange, cette nature est bel et bien endormie ; rien ne se lie ni s'unit, tout est en attente d'un éveil de vers aux couleurs allégoriques... (pendant ce temps : rêve-t-elle? où vit-elle cet instant unique qui lui offrira les mots tant attendus?)

 

 

      Elle laisse un instant ce ciel sombre interprétant sa grise-mine ; d'un pas nonchalant elle marche à tâtons et s'assoit sur son sofa, elle se dandine ; elle se prélasse en regardant le brasier de la cheminée lui chanter sa décrépitude mourante des derniers rondins consumés. Quelques étincelles vocifèrent et font craqueler la fonte épaisse grise...

 

 

Dans la pièce, parmi toute ces ombres, l'alphabet s'incruste sur les murs blancs ; sa plume vole et se mouve impatiemment dans les airs dans l'attente de bonnes nouvelles!

 

Non loin de là ... En cet immense hémisphère gris où scintille mille et un anges, quelqu'un veille et espère lui offrir le don dont elle appréciera chaque tonalité !... Un chant mélodieux naît en ce ciel où les nymphes déposent sur le sol humanisé, leur première larmes floconneuses argentées...

 

... Sur le mont des Vénus,

En cette étrange nuit ;

Des voix en opus,

Psalmodient une coterie !

 


Main dans la main

Elles sont liées ;

Elles ne font qu'un,

Pour faire valoir...

Leur Liberté !

 

Un juge et ses Déités

Écoutent leur suppliques ;

Tout en savourant leur beauté !

 

Ils espèrent bon'obole,

De cette miséreuse offrande ;

Pour offrir à leur Dieu et Idole

Bonne valeur marchande...

 

- Écoutez nous ne serait-ce qu'un instant :

Sur la Terre Mère

Du soleil est né

Une belle flamme d'Asters

Éclairant une belle contrée !

 

Une pluie d'éclats cristallins,

Serpente une douce vallée ;

Évoquant un ange en chagrin,

Versant des larmes étiolées !...

 

Au centre de cette vallée,

Réside une jeune fille ;

Qui essaye d'écrire en vain,

Un recueil d'histoire enjouées ...

Nous devons lui venir en aide !

Accepter notre Liberté..."

 

C'est ainsi que...

 

Un oracle jette les dés,

Pour juger le sort

De ces sept beautés,

Qui n'ont aucun tort !

 

...........

 

Sous cette voûte intemporelle

L'adagio de la Nostalgia

Est porteur de bonne nouvelle

Elle ne sombrera pas...

 

 

Sa plume se vêt d'une drôle de trombine

Soit ! Mais en cette pénombre où plane

Ces  foutus mots qui se dénigrent...

L'offrande est belle et fut entendue,

Elle ne sera point seule ni perdue.


En ce solstice d'hiver

Le rêve de jolis vers

S'animent et s'éveillent

Sous les premiers...

flocons de neige...

 

 

Maÿ-Lise B.
12/02/15

(à suivre)


12/02/2016
5 Poster un commentaire

Nostalgia (2)

      Pendant que le soleil reste prisonnier en ces étranges cumulus d'une Nostalgia épistolaire, elle regarde le ciel grisâtre et accidenté dirigeant un adagio funèbre. Il enveloppe ses pensées de trublions étranges où, le silence balaye un dernier soupir en ce solstice d'hiver... le jour fait place à la nuit...

 

La rive des songes 2A (copie 1).jpg

 

Étrange silence

 

 

Elle scrute ce ciel gris

De son oeil de boeuf au rétréci...

Elle perçoit et porte son attention

À droite, naît un tourbillon...

 

 

Le clocher de l'église s'éveille

Son Tocsin entonne une tragédie ;

Les pierres des ruelles bien vieilles,

Tremblent et s'amenuisent petit à petit !

 

 

Étrange est ce silence,

Chaque chose entre en transe ;

Et elle, elle sent sa peur

Prendre de l'ampleur...

 

 

Comme en suspension...

Suspendu à une trame,

Elle vit de suspicion,

En ce minuscule vacarme !

 

Silence étrange,

Elle tourne sans cesse ;

Assombrissant la fange,

En ce minuscule ! Ô diablesse !

 

Les venelles sombrent

En ce vent de tiédeur ;

Elles se tordent et se morfondent,

Pour écrouer cette frayeur !

 

Étrange silence !

Pixelisant le blanc ;

L'esprit est en démence,

Finalisant le cheminement !

 

Le sol est macabre,

Le sente se rétrécie ;

Tout est de marbre !

Elle se sent démunie ...

 

Silence étrange !

Oh ! Ça bourdonne,

Autour d'elle, ça dérange,

Ce qu'une chute occasionne !

 

.......

 

 

En son grimoire de Vaÿre,

Les vers sont prisonniers ;

Sa plume n'a que faire,

Elle, elle sent son esprit diminué !

 

Mais, non loin de là...

 

 

Sur le mont des Vénus,

En cette étrange nuit ;

Des voix en opus

Psalmodient une coterie !

 

Cet Adagio est parfait ;

Langoureusement il procure,

À sa plume les bienfaits,

D'une prose au sein pur ! ...

 

Elle sent en elle comme un apaisement,

Même si les murs où les ombres s'amusent ;

Elle sait que sa plume se lie à sa muse,

Pour ne faire qu'une à son encre s'incrustant ;

En ce vieux grimoire où les vers

De verre en Vaÿre

Restent gravés à tout jamais...

 

Maÿ-Lise

06/02/16

 

(à suivre)

 

Belle soirée à toutes et tous, bon week-end ensoleillé en vos coeurs

Amicalement

Maÿ


06/02/2016
4 Poster un commentaire

Nostalgia (1)

     L'hiver chantonne sa dépression langoureuse, orchestrant les gouttelettes argentées d'un adagio chevauchant les diverses ruelles vers ce ciel de la Nostalgia . ..

 

La rive des songes 2A.jpg

 

Elle attend, patiemment, que le jour se lève ;

Le soleil est en veille, il fait une trêve ;

Laissant la pluie s'évader,

Sur ce sol au layon dénudé...

 

Les gouttelettes restent en suspension,

En ce ciel accidenté et sombre ;

Sa tête pense aux diverses illusions,

En cette pièce qui n'est que pénombre...

 

Elle attend que le jour se lève,

Cette Nostalgia est incompréhensible ;

C'est comme une dépression passive

Qui fredonne un avertissement sans trêve...

 


 

C'est comme une anesthésie,

Dont la tête lourde s'engourdit, 

Où le corps abandonne

L'éveil de tout ses sens ;

Où le silence... en elle résonne !

 

C'est comme un soleil,

De ses rayons embrumés,

Où les nuages viennent obstruer

Son firmament de merveilles

Où les cumulus... l'emprisonnent !

 

C'est comme un crachin,

De sa taille frêle

À ses rondeurs grêles ;

Andante, lui offre son venin,

En sa quiétude... elle frissonne !

 

....................................................

 

Pendant ce temps,

Elle attend

Que le jour se lève ;

Afin que l'hiver

Offre à ses vers

Un chant sans trêve...

 

Le chemin de la Nostalgia

Lui conte

Les plus beaux contes

En cette Fantasia

Où les cordes

S'accordent

En cet Hiver...

Ėcrit de vers en Vaýre

 

Maÿ-Lise B.
01/02/16

 


01/02/2016
10 Poster un commentaire

Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser