Le Grimoire de Va˙re Ma˙lise B.

Le Grimoire de Va˙re  Ma˙lise B.

Prélude

 

       Si l'encre offre à la plume de doux mots, la mélodie des notes délie les maux...L'intervalle des silences dénoue la solitude pénétrant en douceur en ce prélude. L'esprit est tellement hésitant que les doigts frôlent le clavier en tremblant...

 

 

 

Sur ce prélude,

Intervalle de solitude !

Lueur fragile,

Silhouette gracile ;

Regard posé,

Sur le clavier ;

Doigts agiles

Courent habiles,

Quelques notes,

Qui dénotent :

L'octave de grâce

Au grave des audaces !

Noires me notent,

Blanches se dosent ;

Au bémol qui impose

Des dièses parfaits,

 En pause : les faits... !

 

Sur ce prélude,

Notes se dénudent,

Sur partitions abondent

Les clés s'y fondent !

En lignes confuses,

De sol est ma muse,

De fa m'importune

Ces d'ut sans fortune !

Don des cinq traits

Restant parfaits ;

De mes doigts déliés,

Effilant le clavier,

Pour que le son beau

Radoube mon piano ;

En mes âpres nuits

Où sombre l'insomnie...

 

Sur ce prélude,

Accord de solitude ;

Entonne une croche

Ôtant l'anicroche ;

Frôle la touche

Où l'aigu farouche

Joue sans menace

Laissant bel'trace

À ce fébrile do

Qui sans mots

Joue et dédouble

Ce chut qui redouble

En ce profond silence

Face à cette pause

D'une plume en prose

Où l'index octroie

La fougue de l'émoi...

 

Maÿ-Lise B.
22/02/16

 



22/02/2016
8 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 15 autres membres